Accueil du site
Accueil / Découvrir les Archives
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Découvrir les Archives

En France, l'expression « archives départementales » désigne à la fois l'administration chargée de la gestion des archives produites dans un département et le bâtiment où ces archives sont conservées et consultables par le public.

Un peu d'histoire


Les Archives départementales ont été créées dans chaque département en vertu de la loi du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Elles étaient destinées à conserver les archives de l'Ancien Régime (y compris celles des évêchés, abbayes, etc. disparus) ainsi que les archives des nouvelles institutions.

La loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) charge le préfet de la surveillance des archives. La loi du 10 mai 1838 fait de la conservation des archives une dépense obligatoire pour les départements. Elle est complétée par plusieurs circulaires et instructions du ministère de l'Intérieur établissant notamment un cadre de classement uniforme.

Les lois de décentralisation de 1983 confient aux départements la gestion des archives départementales. L'État continue toutefois à jouer un rôle par le biais du contrôle scientifique et technique.

Le bâtiment


Le site actuel des Archives départementales de l'Isère est un ensemble constitué de trois bâtiments, l'un inauguré en 1958, les deux autres en 1989.

Jusqu'en 1866, les archives étaient partagées entre deux bâtiments, l'un au palais de justice, l'autre à la préfecture, et il y eut souvent deux archivistes pour les gérer. Avec la construction en 1866 de la nouvelle préfecture place de Verdun, les archives furent installées dans un site unique, agrandi en 1888 puis en 1913. Doté de 10 kilomètres de rayonnages en bois, le bâtiment fut vite trop exigu pour accueillir les archives du XXe siècle et permettre le développement des activités du service.

Le 19 octobre 1958 le sénateur isérois Jean Berthoin, ministre de l'Education nationale, et Lucien Hussel, président du conseil général, inauguraient avec le préfet Francis Raoul le premier bâtiment d'Archives conçu et construit en tant que tel en Isère, œuvre de l'architecte Charles Jullian. Situé boulevard des Adieux sur un ancien terrain militaire, cette installation présentait des progrès considérables par rapport à la précédente installation dans une aile de la préfecture, place de Verdun : modernité dans la conception des rayonnages métalliques d'une capacité totale de 24 km linéaires, des locaux pour le personnel, une salle de lecture de 25 places, ouverture sur l'extérieur par la création d'une salle d'expositions. Cette réalisation donnait un nouveau souffle au service: le nombre des fonds collectés, la qualité de la production historique des universitaires grenoblois, l'augmentation de la fréquentation du public comme l'intensification de la publication d'inventaires d'archives sont là pour l'attester.

Mais la richesse archivistique du département de l'Isère, l'accroissement très sensible du public et la diffusion de nouvelles technologies rendirent nécessaire l'extension du bâtiment, qui fut réalisée en 1988

30 ans plus tard les archives de l'Isère sont à l'étroit et un nouveau bâtiment est en train de voir le jour...

Il y a soixante ans tout juste était inauguré le premier vrai bâtiment d'archives en Isère

Les missions


COLLECTER

Les Archives publiques sont obligatoirement versées aux Archives départementales par les services administratifs qui les ont produites ou qui en ont hérité. Des archives privées peuvent venir enrichir le patrimoine du département : elles sont déposées, données ou vendues par des familles, des associations, des entreprises.

CONSERVER

Les documents collectés, soit plusieurs millions de pièces acquises depuis deux siècles, doivent être conservés dans de bonnes conditions. Certains documents sont microfilmés en raison de leur fragilité, d'autres sont en cours de restauration, mais la plupart sont conservés dans les magasins où la température et l'hygrométrie sont contrôlées, à l'abri de la lumière et de la poussière.

CLASSER

Il ne suffit pas de conserver, encore faut-il permettre à tous l'accès à ce patrimoine. Un travail minutieux et très long de tri, de classement et d'élimination permet de mettre à la disposition des chercheurs, des inventaires et répertoires qui les aideront à s'orienter dans cette énorme masse documentaire.

COMMUNIQUER

Généalogistes, amateurs d'histoire locale, élèves et étudiants, particuliers à la recherche de leurs droits, administrations, plus de 2500 lecteurs fréquentent annuellement les Archives départementales et consultent sur place plus de 50 000 documents. Ils sont accueillis et conseillés par le personnel des Archives.

L'Isère et le Dauphiné à travers les archives


A la source de l'histoire de l'Isère, les archives
envoyé par ISERE-CULTURE.