Accueil du site
Accueil / Devoirs de vacances
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Devoirs de vacances

Cette année encore les vacances ont été très studieuses ! Au cours de tri et de classements, nous sommes tombés sur des documents difficiles à analyser mais potentiellement très intéressants. Grâce à vous, plusieurs ont pu être identifiés. En plus de la satisfaction d'avoir résolu une énigme, vous avez apporté votre aide aux lecteurs du futur.

Merci de votre participation efficace, souvent très précise et argumentée... et à l'an prochain ?!

Août 2017

22FI749

Dans les rues de Grenoble

La collection Paul Réal (22FI) contient plus de 1000 photos de la 1ère moitié du XXe siècle. La plupart d'entre elles sont clairement identifiées mais certaines mériteraient une analyse un peu plus fine. Nous vous avons proposé des photographies de Grenoble dont la localisation était plus ou moins facile à déterminer. Certaines étaient truffées d'indices, d'autres étaient plus énigmatiques...

Un internaute a réussi à identifier 4 des 5 photographies proposées :

  • 22 Fi 654 : il s'agit de Fernand Ebaudy, graveur, devant son magasin situé 7 rue de la Poste à Grenoble. Il fut également Président du syndicat des métaux des artisans de l'Isère.
  • 22 Fi 656 : l'ancien café restaurant Du petit Paris est aujourd'hui l'étude de commissaires priseurs Sadde au 5 rue Billerey.
  • 22 Fi 742 : auparavant bâtiment du lycée Vaucanson, aujourd'hui il s'agit du lycée professionnel Jean-Jaurès au 5 rue de l'Ancien Champs de Mars.
  • 22 Fi 749 : ancien commerce situé au 11-13 rue Saint-Laurent.

La localisation du 22 FI 950 reste toujours un mystère... avis aux enquêteurs !

Voir les documents à identifier

 

83J335

A quelle communauté appartient ce parcellaire ?

Conservé dans le fonds de la famille Sorrel, dont les membres furent durant l'Ancien Régime châtelains dans le vaste mandement de Montferrier (Poliénas), ce parcellaire n'était malheureusement pas identifié. S'agissait-il  de celui de l'Albenc, de Chantesse, de Cras, de Poliénas ou de la Roche-Montferrier ?

Le 83 J 335 présenté à la sagacité de nos internautes comme étant le « 2ème cahier d'un parcellaire d'une communauté non identifiée » de la fin du XVIIIe s. est sorti de son anonymat.

Les « enquêteurs » ont apporté de façon très fine des éléments d'identification sur les personnes citées, avec leurs dates et lieux de naissance, mariage et décès. Le nœud se resserrait autour de la communauté de Chantesse ! Enfin la suggestion de consulter le parcellaire de 1786 de Chantesse, conservé dans les archives communales déposées aux Archives de l'Isère sous la cote 4 E 495/6 permit de porter l'estocade finale. Il s'agissait bel et bien de Chantesse !

Cette identification est d'autant plus importante qu'elle rapproche deux documents complémentaires : le parcellaire de 1786 4E495/6 liste les parcelles dans l'ordre de leurs numéros et le « 2ème cahier » présente ces mêmes parcelles mais par ordre alphabétique des propriétaires de M à V.

La prochaine tâche de l'archiviste sera d'apporter cette précieuse indication et dans le répertoire 83 J Famille Sorrel [cf chroniques d'archives n°13 ], et dans le répertoire 4 E 495/6 et dans la fiche de Chantesse dans le guide des communes. Ainsi, même si ces documents relevant du parcellaire de 1786 de Chantesse sont conservés dans deux sous-séries totalement différentes, le lien sera noté au vu et su de tous les chercheurs.

Voir le document à identifier

Juillet 2017


Des électeurs isérois des années 1850... mais de quelle commune ?!

À l'occasion du reconditionnement du fonds du Parlement de Grenoble (Arch. dép. Isère, série B), un important nombre de listes électorales, datant des années 1852, 1855, 1857 et 1858, ont pu être reconstituées. Issues de la collection préfectorale, ces listes de validité annuelle avaient été considérées (vers 1860/1864) d'intérêt administratif et historique nul, et leurs feuilles découpées, pliées en deux et remployées comme chemises, pour isoler par mois les arrêts du Parlement en liasses. Ces mêmes listes apparaissent aujourd'hui précieuses, notamment faute de conservation, dans le fonds de la Préfecture de l'Isère, des recensements communaux quinquennaux antérieurs à 1896. Elles permettent de connaître, à des dates équivalentes à celles des recensements de 1851 et 1856, commune par commune, la population masculine majeure (âgée de plus de 21 ans).

Certaines listes, sans en-tête ni paraphe final du maire, ni indication de rue ou lieu-dit, restaient difficiles à attribuer à une commune - ou du moins à le faire sans enquête. Mais vous avez su, par une bonne connaissance des patronymes locaux, nous aider à les identifier ?

Trois copies de listes ayant servi de liste d'émargement (la signature était alors portée par l'un des membres du bureau de vote, non par l'électeur) ont été soumises à la sagacité des internautes en juillet 2016 : quelques-uns ont identifié sans difficulté ni erreur (la conservation de listes antérieures pour les mêmes localités permettant de le vérifier sûrement) les communes de Montagne, Bessins et Chevrières (canton de Saint-Marcellin).

Devant ce succès, une nouvelle salve de 3 listes a ainsi été soumise à votre sagacité !

  • Liste 1 (3 vues). - Il s'agit de la liste électorale d'une commune rurale, recensant 77 électeurs, la plupart cultivateurs, mais dont se détachent le curé, l'instituteur, des préposés aux douanes, des militaires... La mention « 1783 avril, 73 » ne doit pas être prise en compte pour la lecture du document (il s'agit d'annotations correspondant au remploi de la feuille pour isoler 73 arrêts civils du Parlement de Grenoble rendus au mois d'avril 1783).
  • Liste 2 (3 vues). - Liste de 80 noms. La mention « 1783 octobre, 3 pièces » se justifie comme précédemment et n'est pas à prendre en compte.
  • Liste 3 (2 vues). - Liste, sans doute de peu incomplète, de 52 noms. La mention « 1784 janvier, 23 pièces » et l'addition posée ne doivent pas être prises en compte.

A savoir, le département de l'Isère était plus vaste dans les années 1850 que de nos jours...

Sur une douzaine de participants, cinq d'entre vous ont identifié avec succès l'une des trois listes. Deux sont parvenus à attribuer chacune à sa bonne commune et (presque !) à son bon millésime.

Voir les documents à identifier

Voir les solutions des devoirs de vacances de juillet