Accueil du site
Accueil / Année Lesdiguières 2017 / Exposition virtuelle
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Année Lesdiguières 2017

D'encre et de papiers : quelques archives du siècle des Lesdiguières


Chaque mois, de juillet à décembre 2017, découvrez sur notre site internet un document issu de nos fonds évoquant le siècle des Lesdiguières. Le rendez-vous est décliné sous trois formes :

  • un simple courriel vous invitant en milieu de mois à vous rendre sur la page dédiée du site pour consulter un nouveau document

Les abonnés à la lettre d'actualités mensuelle des Archives en sont automatiquement destinataires. Vous n'êtes pas abonnés à cette lettre et souhaitez recevoir l'« alerte » Lesdiguières ? Envoyez-nous un mail à archives-departementales@isere.fr.

  • une galerie d'images donnant accès au document d'archives dans son intégralité
  • un dossier téléchargeable contenant la reproduction intégrale du document, sa présentation plus précise, sa transcription juxtalinéaire et si besoin sa transposition en français moderne.

Exposition


Les dossiers en ligne « matérialisés » le temps des Journées européennes du patrimoine (16-17 septembre 2017).

Visuel de l'expo Lesdiguières des JEP 2017

À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, l'original de chacun des documents publiés sur cette page de juillet à novembre 2017 était visible en salle de conférences des Archives départementales de l'Isère, accompagné d'autres sources prolongeant le propos. Séance de rattrapage, en mots et en images (présentation et galerie d'image ci-dessous) pour ceux qui auraient manqué cette occasion !

Accéder à la présentation de l'exposition

Octobre 2017 - 4/6


19 juillet 1624 : lettre de Charles de Créqui à Maximilien de Béthune, duc de Sully.
Arch. dép. Isère, cote 1 J 1396

Visuel année Lesdiguières octobre 2017

Achetée par les Archives départementales de l'Isère en 1980, une lettre isolée de Charles de Créqui à Maximilien de Béthune, duc de Sully, permet, en progressant dans le siècle des Lesdiguières, d'évoquer ce mois-ci le second duc, qui releva le titre en 1626 à la mort du connétable. Charles de Créqui (1575-1638) est le gendre de François de Bonne de Lesdiguières (1543-1626) depuis son mariage en 1595 avec sa fille légitime Madeleine de Bonne (1576-1620) - mais aussi par ses secondes noces, en 1623, avec Françoise de Bonne (1604- ?), l'une des deux filles légitimées de François de Bonne et Marie Vignon. Lieutenant général pour le roi en Dauphiné depuis 1610, il est en 1624 maréchal de France, soit l'un des plus importants chefs de l'armée royale. Outre ses liens avec le duc de Sully et sa proximité avec le roi, c'est ce rôle essentiellement militaire qu'éclaire brièvement cette missive.

Accéder au dossier

Septembre 2017 - 3/6


6 février 1616 : arrêt de vérification des lettres de légitimation de Françoise et Catherine de Bonne obtenues en novembre 1615.
Arch. dép. Isère, cote B 2264

 Visuel année Lesdiguières septembre 2017  Impossible, 400 ans après, de ne pas évoquer en archives les secondes noces de François de Bonne, seigneur de Lesdiguières, avec Marie Vignon, le 16 juillet 1617. Toutefois l'acte de ce mariage, scellé en toute intimité, au château du Touvet, avec la bénédiction secrète de l'archevêque d'Embrun, est introuvable dans les fonds isérois. Nous vous proposons à défaut un acte antérieur : l'arrêt de vérification par le Parlement de Grenoble, le 6 février 1616, des lettres de légitimation de Françoise (née en 1604) et Catherine (née en 1606) de Bonne, les deux filles adultérines de François de Bonne et Marie Vignon, obtenues en novembre 1615. Arrêt de vérification ? Mais pas seulement... affichez bien le dossier complet (fichier pdf) pour en savoir plus !

Accéder au dossier

Août 2017 - 2/6


14 août 1613 : clôture du compte des dépenses de construction du pont de Claix

Arch. dép. Isère, cote B 3397

Visuel année Lesdiguières août 2017

Ayant pour certains auteurs rejoint, en raison de son arche monumentale enjambant le cours du Drac, la liste des « merveilles du Dauphiné », le pont de Claix, toujours debout, demeure l'un des symboles des vastes travaux d'aménagement du territoire favorisés dans la province par François de Bonne (1543-1626), seigneur de Lesdiguières, une fois la paix civile rétablie par la mise en œuvre des dispositions de l'Édit de Nantes (1598). La construction de cet ouvrage, décidée en 1607, achevée en 1613, nous est en particulier connue par un mémoire in-folio de 48 feuillets conservé dans le fonds d'archives de la Chambre des comptes de Dauphiné. Nous vous en proposons ce mois-ci un large extrait inédit, sans doute le mieux à même d'évoquer concrètement ce chantier exceptionnel : le compte des dépenses afférentes clos le 14 août 1613.

Accéder au dossier

Juillet 2017 - 1/6


22 décembre 1590 : Grenoble se rend à Lesdiguières
Arch. dép. Isère, cote 11 J 19

ANnée Lesdiguières visuel juillet 2017 François de Bonne (1543-1626), seigneur de Lesdiguières, n'aurait sans doute pas émergé de la petite noblesse du Champsaur à laquelle il appartenait sans le contexte des guerres de Religion (1562-1598). Commandant général des protestants dauphinois depuis 1577, nommé en 1579 lieutenant général sous l'autorité du roi de Navarre en Dauphiné, il devient de fait, à l'avènement au trône d'Henri de Navarre (1589), le défenseur des intérêts de la couronne dans la province. L'une de ses premières tâches est de rappeler Grenoble - qui vient d'adhérer à la Ligue - à l'obéissance qu'elle doit au souverain légitime. Lesdiguières se rend maître du quartier Saint-Laurent dans la nuit du 24 au 25 novembre 1590. Jusqu'à la mi-décembre, la rive gauche, assiégée, résiste. Les négociations aboutissent le 22 décembre 1590 à des« articles accordés et convenus sur le faict de la reduction de la ville ». C'est ce texte marqué par la recherche de l'équilibre et du compromis que nous vous proposons pour ce premier rendez-vous.

Accéder au dossier