Accueil du site
Accueil / Fonds d'archives et instruments de recherche / Archives de l'asile Saint-Robert, hôpital psychiatrique de St-Egrève (sous-série H+EGR)
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Fonds d'archives et instruments de recherche

Archives de l'asile St-Robert (sous-série H+EGR)

. . .

Présentation des archives de l'asile St-Robert, hôpital psychiatrique de St-Egrève

On trouve dans ce fonds quelques registres du dépôt de mendicité ouvert en septembre 1816 dans l'ancien couvent de Saint-Robert. La loi du 30 juin 1838 transforme ce dépôt en asile départemental d'aliénés et en 1845, une décision du Conseil général affecte Saint-Robert au service exclusif des aliénés : il n'existe dès lors plus de dépôt de mendicité en Isère, qui renait en 1883 au Perron, sur la commune de Saint-Sauveur.

Les registres d'entrées de Saint-Robert couvrent la période 1816-1948. Ils concernent des patients masculins et féminins de plus de 15 ans, indiquent leur âge, leur profession, relatent les conditions d'entrée (admission d'office ou volontaire), la durée du séjour, renseignent sur l'état de santé et son évolution. Ces registres sont des mines d'information sur des parcours d'individus à la marge de la société mais aussi sur l'institution psychiatrique et l'histoire de la prise en charge de la maladie mentale.

A côté de ces documents « phares », on peut mentionner un registre listant les achats de fournitures effectués pour le compte des patients, savon palmolive, pastilles pulmoll, biscuits brun, stylo bic, oranges, bananes, cirage, ici Paris... Entre besoin fondamental et petites choses qui rendent l'ordinaire plus doux. Le registre des dépôts de bijoux et objets précieux, celui listant les effets personnels à l'entrée renseignent sur le degré de fortune, la façon de se vêtir. Une série complète de registres comptables entre 1845-1954 permet de suivre l'évolution des dépenses et recettes de l'asile, voir ce que l'on achète, ce qui est produit à la ferme, ce que l'on mange, comment on se chauffe... Au-delà des chiffres, c'est une image de la vie quotidienne qui se dessine.

A citer aussi, les registres d'entrées de l'asile des incurables de Vence entre 1905 et 1950, structure qui partage la commission de surveillance, le personnel médical et administratif avec l'asile de Saint-Robert.

Voir l'inventaire

Communicabilité des documents

Le délai de communicabilité des registres d'entrée est de 120 ans à compter de la date de naissance (calculée à l'échelle du registre : le patient le plus jeune ayant 15 ans, chaque registre est communicable 105 ans après sa clôture).

Ces registres d'entrées sont particulièrement volumineux et lourds : la réservation 48h à l'avance est obligatoire afin que le personnel puisse préparer les documents.

Pour les usagers déjà inscrit : réservation par téléphone, avec indication des cotes (par exemple, le lundi pour le mercredi)

Pour les usagers non-inscrits : demande à adresser par mail avec copie de la pièce d'identité, n° de téléphone (archives-departementales@isere.fr).

Les autres documents sont librement communicables, sauf cas particulier de mauvais état matériel.